Type de projet : Ecologie / environnement

Tortue vue de dos, s'apprêtant à plonger dans l'eau

Opération Nyamba

Présentation du projet :

Les deux îles de Mayotte, situées au large de l’océan Indien, logent de nombreux espèces et écosystèmes aussi rares que précieux. Mais la misère ainsi que la démographie massive (625 hab. au m2) donnent lieu à un chômage important et une insécurité constante. À cela s’ajoute une catastrophe écologique : le braconnage des tortues de mer. La viande de tortue se vend sur le marché noir, avec un prix au kilo pouvant atteindre 35 €. Les malfaiteurs profitent de la nuit, moment idéal pour la ponte des oeufs, pour attaquer et éventrer les animaux. D’après le REMMAT, plus de 230 tortues ont été tuées en 2016. Face au manque de moyens matériels et financiers, les gardiens sont de moins en moins nombreux et des plages interdites.

Pour y remédier, l’association Sea Shepherd a mis en place l’opération Nyamba, visant à effectuer des patrouilles sur les plages la nuit tombée pour intimider et dissuader les braconniers, durant 3 mois. ASALYA les épaule dans cette mission en les équipant de matériel (caméras thermiques). Des visites au sein des écoles seront également réalisées, pour sensibiliser les populations.

L’association :

Sea Shepherd est l’organisation non gouvernementale la plus combative en matière de défense des océans. Fondée en 1977, elle intervient de manière active et pacifique lors d’atteintes aux espèces ou écosystème marins, et réalise également des campagnes de sensibilisation.

Planning du projet :

Phase de démarrage : début d’activité prévu le S1 2019

Budget :

Caméra thermique Helion XP28 3 640 €

Caméra thermique Helion XP50 4 359 €

OBJECTIF DE FINANCEMENT : 7 999 €

Aperçu des plages de Mayotte
Les gardes-côtiers réunis
Deux tortues prennent le large
Une tortue vue de profil
Un bébé tortue se dirige vers le large

Télécharger la fiche du projet

Serre bioclimatique urbaine

Présentation projet :

Le Talus est un projet de tiers-lieu multi-activité d’innovation et de découverte de l’agriculture urbaine au coeur de Marseille. Il est situé dans un quartier politique de la ville à la croisée de 3 arrondissements en phase de renouvellement urbain. Le projet cherche à démontrer la viabilité économique, sociale, et environnementale d’un projet en agriculture urbaine, et s’appuie sur une un large éventail d’activités pour y parvenir : maraîchage biologiquement intensif sur petite surface, bacs potagers en location, poulailler participatif, buvette et restauration associative, événementiel, forêt comestible et haies fruitières, et la première pépinière urbaine dans une serre bioclimatique à Marseille.

Le présent projet se concentre sur la construction courant 2019 d’une serre bioclimatique, passive en énergie, thermiquement efficace, et vitrine d’une architecture d’avenir pour de nombreux autres bâtiments. Cette serre permettra de fédérer de nombreux bénéficiaires autour d’une activité productive. De plus, elle permettra de créer du lien social autour de la production de plants biologiques et locaux, afin de fournir les jardiniers amateurs du Talus et des jardins environnants au plus proche de leur lieu de plantation. Cet élément emblématique du projet portera les valeurs et la mission de l’association tout en participant à la viabilité économique, environnementale, et sociale du projet, tout en bénéficiant à son environnement direct.

L’association :

Créée en juin 2016, à l’initiative de son président Frédéric Denel, HEKO Permaculture a su fédérer en peu de temps une équipe motivée pour répondre à son objet social : promouvoir la végétalisation comestible en ville via des projets innovants d’agriculture en milieu urbain, connectés avec la population. Installée à Marseille, elle a choisi d’agir localement en mobilisant du foncier disponible auprès des institutions locales et acteurs économiques afin de le valoriser de manière agroécologique.

Depuis sa création en juin 2016, HEKO Permaculture a mis en oeuvre un jardin pédagogique dans une école primaire de Marseille, accompagné une collectivité et un aménageur immobilier dans un projet de végétalisation au coeur d’un habitat collectif, lancé une opération de bacs potagers au coeur d’un quartier prioritaire dans le Nord de la Ville de Marseille et initié le projet d’agriculture urbaine Le Talus, objet du présent dossier de candidature.

Planning du projet :

Phase de démarrage : construction de la serre courant 2019

Données clés du projet :

Nom du projet : Serre Bioclimatique Urbaine au sein du projet Le Talus

Thématique : Environnement, biodiversité, lien social inter générationnel

Objectif général : Produire des plants, semis et micro-pousses en coeur de ville de façon locale et écologique

Projet initié en : Avril 2018

Lieu : Ferme Urbaine Le Talus – 603 rue Saint Pierre – 13 012 Marseille

Objectif de financement : 50 000,00 €

Budget détaillé :

Conception et adaptation du projet en fonction du site et des besoins, assistance à la maitrise d’œuvre (commandes, suivi fournisseurs,  coordination) : 5 000,00 €

Matière, main d’œuvre, matériels, et sous-traitance de fabrication dont livraison : 25 000,00 €

Chantier de fabrication et montage sur site, dont encadrement 20 000,00 €

OBJECTIF DE FINANCEMENT : 50 000,00 €

Une vue d'ensemble du Talus.

Une vue du drone, nous voyons le terrain divisé en quatre parcelles

Transplantation des parcelles

Prise de la récolte des laitues

Protection de la pépinière

Télécharger la fiche du projet

La vallée du Guéra bénéficie de nombreuses forces, dont une grande jeunesse.

1 million d’arbres pour le Guéra

Présentation du projet :

Situé en Afrique, le Tchad se développe à un rythme rapide. Bien qu’à court terme ce développement montre des aspects positifs pour le quotidien de nombreux tchadiens, il porte un impact sur l’environnement souvent négatif et peu considéré. Cela laisse craindre une crise écologique et humaine à moyen terme. 

Le territoire est cependant très riche en sites naturels et en biodiversité. Il s’avère ainsi propice aux projets de développement durable dans de nombreux secteurs économiques tels que l’agriculture ou l’éco-tourisme. 

Un Protocole d’Accord et de Partenariat a dors et déjà été signé le 13 septembre 2018 avec le Ministre de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche. Il s’inscrit dans le Programme National de Reboisement du Tchad et dans le Programme Panafricain de la Grande Muraille Verte. Ce projet permettra, en préservant les ressources naturelles locales, de développer une économie favorable, voir salutaire, aux populations impliquées.

Il concernera 6 zones, dont les deux premières sont prioritaires : Korbo, Moukoulou, Bitkine, Mongo, Baro et Abtouyour.  

Le Tchad est situé au coeur de l'Afrique. Notre projet se concentrera sur la vallée du Guéra, d'Abtouyour à Baro.

L’association :

Main Secourable est une association ayant déjà investi de nombreux projets au Tchad. Son dernier concerne la construction d’une clinique ophtalmologique à Bitkine, qui a pu devenir rentable à l’issue. Son siège social est situé en Alsace.

Planning du projet :

Le projet sera décomposé en 3 phases : la première (communication et recensement) aura lieu de janvier à septembre 2019, la seconde (plantation et sensiblisation) de juin à août 2019 et enfin la troisième (déploiement et supervision) d'octobre 2019 à décembre 2020).

Découvrez ce projet plus en détail en cliquant sur chacune des images :

Village de KorboVillage de MoukoulouVillage de BitkineVillage de MongoVillage d'AbtouyourVillage d'Abtouyour

Une vue de Moukoulou et de son massif

Une vue de Bitkine

Le Tchad bénéficie d'une végétation très prospère

Focus sur le puit de la zone, avec à proximité des membres de l'équipe

ECO-BIO FOOD CARE

L’association le Centre Social Protestant accueille inconditionnellement depuis 1948 des milliers d’enfants, de familles, de personnes isolées qui tous vivent un temps dans une grande précarité. « Devenu un des plus importants centres de distribution de colis alimentaires de Strasbourg avec plus de 50 tonnes de denrées distribuées à plus de 12 000 personnes les 5 dernières années, notre action caritative d’ampleur n’est porté par aucun denier publique, ni subventions. Seuls nos donateurs, membres et amis, mécènes et fondations contribuent à offrir gratuitement l’équivalent de 2 700 colis alimentaires /an ! »

« L’objectif double est aujourd’hui de remplacer nos frigos et congélateurs simples, de base et vétustes – par l’achat de 10 appareils réfrigérés et meubles de surgélations – plus économes en énergie et plus écologiques cat AA+. Ils seront plus efficaces en terme de rendement du froid et plus solide afin de nous permettre de répondre aux milliers d’ouverture de portes chaque année nécessaires pour donner encore et encore à celui qui n’a rien ou si peu. »

La solidarité et entraide peut aussi ambitionner de se conjuguer avec bio et écologie, voici comment : « nous avons commencé à mettre en place en 2016 – un programme destiné à faire émerger des filières d’approvisionnement en produits fruits et légumes bio locaux« .

Porteur du projet :

L’association le Centre Social Protestant crée en 1948 – reconnue d’utilité publique depuis 1988.

La qualité et l’efficacité de son engagement caritatif au sein de la Ville de Strasbourg et au-delà est salué et reconnu.

Données clés du projet :

Nom du projet : ECO-BIO FOOD CARE
Thématique : Solidarité alimentaire
Objectif général : Apporter une aide alimentaire d’urgence toute l’année à des milliers de personnes précaires
Projet initié en : depuis 1948
Lieu : Strasbourg, 2, rue Brûlée – Maison Protestante de la Solidarité
Objectif de financement : 4 200 €

Budget détaillé :

Remplacement de 3 réfrigérateurs de grande capacité, de qualité semi-professionnelle : 4 200 € TTC

OBJECTIF DE FINANCEMENT : 4 200 €

Télécharger la fiche du projet

BIOMATOGO, LES ÉCO-COMBUSTIBLES

Le charbon de bois est de ressource de base d’une majorité des Africains, qui l’utilisent
quotidiennement pour préparer les repas. Fabriqué à partir de bois issu de forêts naturelles non gérées, sa consommation croissante est source d’une déforestation massive du continent et dérèglements climatiques.

L’objectif du projet BIOMATOGO est de proposer un BioCharbon qui soit une alternative écologique au charbon de bois traditionnel. Produit à partir de matières premières renouvelables (déchets agricoles) cet Eco-Combustible protège les forêts naturelles du déboisement et permet d’éviter l’émission de grandes quantités de CO2.

Ecologique mais pas que : notre projet s’inscrit dans une démarche sociale et responsable, et permet à de nombreux petits exploitants d’augmenter leurs revenus en valorisant leurs déchets végétaux, et d’appuyer de nombreuses femmes indépendantes impliquées dans la filière de distribution. 

Porteur du projet :

Graine de Développement (GDD) est une association de gestion de projet de développement en Afrique reconnue d’intérêt général créée en 2010. Spécialisée dans les projets environnementaux et de protection de l’enfance, GDD développe uniquement des programmes viables et capables de s’autofinancer dans le long terme. Constatant l’ampleur de la déforestation qui sévit en Afrique, GDD décide en 2016 de passer à l’action contre la déforestation avec le projet BiomaTogo.

Avec le projet Biomatogo, GDD ambitionne de créer un modèle viable et réplicable de production de charbon écologique à grande échelle.

Données clés du projet :

Nom du projet : BIOMATOGO

Thématique : Environnement / Energies Renouvelables

Objectif général : Lutte contre la déforestation et les dérèglements climatiques

Projet initié en : 2016

Lieu : Togo

Description des besoins : L’association dispose actuellement d’un premier point de vente au détail de BioCharbon dans la ville la plus proche de son usine de production. Elle ambitionne de pouvoir démarrer des ventes de BioCharbon dans la capitale Lomé.

Pour pouvoir distribuer son BioCharbon à Lomé l’association Graine de Développement cherche à financer l’aménagement d’un point de vente de gros et former de nombreuses femmes indépendantes pour la vente au détail. 

Répartition du Budget :

  • Volet 1 : Aménagement d’un point de vente en gros à Lomé (Togo) : 12 000 €
  • Volet 2 : Appui et formation de 30 femmes à la vente au détail de BioCharbon : 8 000 €

OBJECTIF DE FINANCEMENT : 20 000 €

Le hangar de stockage qui a pu voir le jour grâce aux dons

Une des machines servant à la production

Une série de bio-charbons produite

Une autre production de bio-charbons

Une femme tenant du bio-charbon

La boutique de bio-charbon est disponible

Télécharger la fiche du projet